UN MODE DE PRODUCTION ECOLOGIQUE

LES MATIÈRES PREMIÈRES ÉCOLOGIQUES

Lin et coton biologique ou certifiés OekoTex

Les Alterosac (sac à vrac) et la majorité des autres produits Présent Durable sont fabriqués à partir de lin biologique produit en France et certifié GOTS, ou Global Organic Textile Standard, qui est le label issu d’un regroupement international d’organismes de certification biologique qui se sont unis en 2002 pour harmoniser les certifications des textiles biologiques dans le monde.
Le référentiel GOTS intègre toutes les étapes de transformation textile : la fibre brute doit être certifiée en agriculture biologique et tout le processus de transformation doit respecter des critères environnementaux et sociaux.

Le coton sélectionné est soit lui aussi biologique certifié GOTS, soit certifié Oeko-Tex Standard 100, selon les produits.
La norme écologique OekoTex dans le secteur textile certifie notamment l’absence de substances toxiques pour l’homme ou l’environnement dans le produit fini.

Les autres fournitures sont aussi sélectionnées au maximum dans des matières naturelles : cordons en chanvre ou en coton, sangle en chanvre, perle en bois, etc.

LA FABRICATION EN FRANCE

Un atelier de confection en Haute Savoie

Notre atelier principal est situé à Annemasse en Haute Savoie.
Il est sollicité pour la majorité de la production, pour les petites séries et commandes personnalisées.

Des ateliers partenaires en France

Nos productions en grandes séries sont réalisées en collaboration avec des ateliers basés en Ile-de-France et en Bretagne. Nous travaillons avec différents partenaires : ESAT, entreprises d’insertion ou usine textile.

Présent Durable participe donc à maintenir l’activité économique en France et limiter les importations.

LE ZÉRO DÉCHET AU CŒUR DE NOTRE ACTIVITÉ

Présent Durable a choisi le tissu comme alternative durable aux emballages, au papier-cadeau ou aux textiles hygiéniques.
C’est le matériau le plus approprié pour durer et être réutilisé car il est  : solide – lavable – absorbant – esthétique – peu encombrant.
Il est fabriqué à partir de matières naturelles renouvelables (coton, lin, chanvre…) sauf certaines matières, par exemple le coton enduit sélectionné pour son étanchéité.

Un packaging raisonné

  • Les produits Présent Durable ne sont pas sur-emballés.
  • Le packaging est souvent limité à une étiquette cartonnée.
  • Les expéditions se font dans des enveloppes kraft ou dans des
    cartons provenant d’un circuit de récupération.
  • La production de supports visuels est limitée au maximum.

Le réemploi de matières premières

Pour la gamme des emballages cadeaux, Présent Durable sélectionne des tissus pour les recycler : choisis pour leur aspect « cadeau » et en parfait état, ils ont même souvent déjà servi pour un autre usage (vêtements, saris, rideaux, …). Ils étaient alors inutilisés ou prêts à être jetés.

Présent Durable leur donne une seconde vie dans une démarche d’up-cycling.

NOTRE VISION

Une société dans laquelle les produits jetables ont disparu et où tous les produits ont une vocation réutilisable et ont une fin de vie anticipée (réemploi, recyclage, etc…)

NOTRE MISSION

Apporter des alternatives réutilisables et durables aux objets jetables du quotidien

NOS VALEURS

S’engager pour une démarche de production cohérente, solidaire et respectueuse de l’environnement au travers de la sélection des fournisseurs et ateliers de confection.

Redonner le goût pour « l’objet ». Il a une valeur, une histoire, un sens, une utilité. L’objet n’est pas qu’une futilité, un article de consommation qu’on doit renouveler au gré des tendances et de la mode.

S’engager pour la réduction des déchets en utilisant les principes de l’économie circulaire (durabilité des produits, réemploi de tissus, réduction des packaging au strict minimum).

Entreprendre pour faire évoluer les mentalités.

LE POINT SUR LES DECHETS

Les ordures ménagères

En 2013, les Déchets Ménagers et Assimilés représentent 573 kg par habitant.

La composition de l’ensemble des ordures ménagères n’a que peu changé entre 1993 et 2007.
On note cependant la très forte progression des textiles sanitaires (lingettes, couches), avec 34 kg par habitant soit 8 % du total.
Les emballages ont un peu diminué, passant de 39 % en 1993 à 32 % en 2007.

(Source : Ademe – Chiffres-clés déchets – édition 2016)

Zoom sur les emballages cadeaux

Chaque année, des tonnes de papier d’emballage sont utilisées et jetées dans le monde entier et les Français achètent annuellement 40 millions de rouleaux de papier cadeau.
Les emballages cadeaux ont pourtant une durée d’utilisation de quelques minutes seulement !

Les sacs plastiques et la nouvelle loi française

17,7 milliards de sacs plastique à usage unique ont été distribués en France en 2014, soit 539 sacs plastiques chaque seconde dont :
– 12 milliards pour emballer les fruits et légumes au détail,
– 700 millions en grande distribution,
– 5 milliards en magasin de proximité.

Un Français a utilisé en moyenne 80 sacs plastiques par an en 2014.
(source : planetoscope.com)

En France, la loi appliquée depuis le 1er juillet 2016 interdit l’utilisation de sacs plastiques à usage unique d’une épaisseur inférieure à 50 microns.

Malgré cela, d’autres sacs en papier ou fabriqués à partir de matière végétale (amidon de maïs ou de pomme de terre) pour les rendre biodégradables et compostables, continuent d’être massivement distribués et jetés.
Le plastique « biodégradable » peut, en théorie, être détruit par des microorganismes (bactéries ou champignons), le CO2 et certains biomatériaux. Mais il n’est pas forcément produit à partir de matières naturelles. Plusieurs types de plastique « biodégradables » sont fabriqués à partir de pétrole, tout comme le plastique ordinaire.
Ces sacs plastiques « dégradables » se désagrègent en petits fragments dans l’environnement, et ces derniers peuvent perdurer très longtemps.

En effet, ces produits sont qualifiés de « biodégradables » sans qu’aucune référence ne soit faite au temps nécessaire à leur dégradation biologique complète. Les particules microscopiques s’incrustent dans le sol et les eaux en quelques mois, rendant ainsi tout ramassage impossible. Elles constituent un danger irréversible et grave pour la faune qui ingère ces substrats nocifs.